Financer son chantier grâce à l’aide aux travaux économie d'énergie

Les particuliers qui souhaitent améliorer la performance énergétique de leur logement peuvent prétendre à plusieurs crédits ou subventions mis en place par l’État. Pour être éligibles à ces aides aux travaux d’économie d'énergie, les demandeurs doivent répondre à des critères variant selon la nature du dispositif.

Quels sont les conditions d’éligibilité aux différentes aides ?

Il est possible de vérifier directement cette éligibilité grâce aux simulateurs disponibles en ligne. Si les conditions d’obtention d’une subvention peuvent varier selon le type d’aide allouée, les travaux réalisables sont généralement les suivants :

  • rénovation des isolations thermiques ;
  • amélioration des équipements de chauffage ;
  • installations liées aux énergies renouvelables.
aide travaux economie energie

Comment solliciter une aide aux travaux de rénovation ?

Avant de prévoir tous travaux de rénovation énergétique, il est recommandé de se renseigner sur les possibles solutions techniques, auprès d’un point rénovation info service. Des équipes dédiées apportent gratuitement leurs conseils pour l’identification du type de travaux à entreprendre et l’existence des aides adaptées.

Les délais relatifs aux demandes de subventions diffèrent selon le financement souhaité :

  • la prime énergie Total : sa demande doit être effectuée avant l’engagement des travaux et les justificatifs concernés doivent être transmis dans les 6 mois suivant la date d’achèvement ; le versement de la prime intervient dans un délai de 30 jours après validation du dossier par le Pôle National des Certificats d'Économie d'Énergie (PNCEE) 
  • les aides de l’agence nationale de l’habitat (ANAH) : leur demande doit être formulée avant le début des travaux, ceux-ci devant être finalisés dans un délai de 3 ans après acceptation ; le versement de l’aide se fait après la fin des travaux 
  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : il s’impute sur l’impôt exigible au titre des revenus de l’année de paiement des travaux ;
  • la TVA au taux réduit de 5,5% : sur la base d’une attestation mentionnant la liste des travaux éligibles, la taxe est appliquée directement lors de l’achat des matériaux correspondants ;
  • l’éco-prêt à taux zéro : après octroi du prêt, les travaux doivent être réalisés dans les 2 ans qui suivent.

Quelques chiffres sur les aides aux travaux de rénovation

En fonction de la nature de l’aide sollicitée, les seuils de subventionnement à envisager sont les suivants :

  • la prime énergie : pour une maison de 100 m², par exemple, elle peut atteindre 320 euros au titre d’une isolation des combles ;
  • la TVA à taux réduit : cette taxe est fixée à 5,5 % depuis le 1er janvier 2014 ;
  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) : il permet d’obtenir un remboursement de 30 % du montant des dépenses de certains travaux.